Togocom

Les autorités togolaises ont annoncé des mesures prises pour assurer la continuité du service à Togocom, après le mot d’ordre de grève des syndicats des travailleurs du groupe. Appelés à grever les 30 novembre et le 1er décembre, certains des employés ont été retenus pour assurer le service minimum, a annoncé le gouvernement dans un communiqué.

Et pour cause, le gouvernement togolais joue la médiation dans le bras de fer social entre les syndicats et l’employeur. Avec la tenue de la grève du 30 novembre et 1er décembre, des agents du groupe sont appelés à rester à leurs postes. La mesure s’explique, selon les autorités togolaises, par « le contexte sécuritaire actuel dans la sous-région et dans notre pays, en particulier l’importance du secteur des télécoms, qui fournit des services à caractère essentiel ».

Les dispositions prises par les ministres de la fonction publique et de l’économie numérique visent donc à protéger les consommateurs.

Une médiation en trois phases

Le gouvernement a réquisitionné 160 agents, au terme d’une série de médiation entre les syndicats et l’employeur. Dans leur communiqué, les ministres Gilbert Bawara de la fonction publique et Cina Lawson de l’économie numérique ont rappelé leur implication pour le dénouement de la crise. Selon eux, trois réunions ont été tenues. D’abord le 23 novembre avec les syndicats. Le 25 novembre avec l’employeur et le 29 avec les deux parties. Les revendications des syndicats portent entre autres sur « l’harmonisation de la valeur indiciaire et son amélioration, l’augmentation des indemnités, primes et avantages sociaux et l’octroi des mesures incitatives en faveur des travailleurs issus de Togocellulaire ».

Selon le gouvernement, l’employeur a « fait preuve d’ouverture et accédé favorablement à certaines revendications des travailleurs, en s’engageant, dans le cadre de la finalisation de la convention collective, à accorder, entre autres, l’amélioration de la grilles des rémunération de Togocellulaire et Togocom ; à harmoniser les indemnités, primes et avantages sociaux entre les deux entités ; et à prendre des mesures incitatives, sous la forme d’indemnité d’un montant appréciable, en faveur des travailleurs issus de Togocellulaire ».

Fort de ses promesses, le gouvernement a tenté d’obtenir, en vain, la suspension de la grève. C’est donc face à cette réalité que des agents ont été réquisitionnés pour assurer la continuité des services, expliquent donc le communiqué conjoint des ministres de la fonction publique et de l’économie numérique.