Remise symbolique d'un sac de riz. Photo: Hervé A/FN.
Remise symbolique d’un sac de riz. Photo: Hervé A/FN.

Une délégation des six (6) centrales syndicales du Togo était le jeudi 25 février aux côtés des ouvriers de la société de cimenterie Wacem à Tabligbo pour les soutenir dans la crise qu’ils traversent depuis cinq (5) mois. Depuis fin octobre 2015, les ouvriers de Wacem, Fortia et Paper Bags sont en grève.

Ils revendiquent de meilleures conditions de travail et de vie, une augmentation de salaire, la déclaration à la caisse nationale de sécurité… En réponse à ces revendications, les patrons de Wacem ont dû fermer temporairement la société. Après quelques tractations pour solutionner le problème, le travail a repris en janvier dernier avec seulement quelques centaines d’ouvriers, neuf cent autres laissés sur le carreau pour le moment.

C’est dans cette ambiance que les six centrales syndicales regroupées dans la Coordination des Centrales Syndicales du Togo (CCST) apportent leur soutien formel aux ouvriers de la société.

Ils ont tenu une assemblée générale avec tous les employés de Wacem pour leur signifier leur solidarité, tout en œuvrant pour une sortie de crise rapide. « Face aux légitimes revendications des travailleurs, les directions de WACEM et FORTIA se contentent de faire du dilatoire, refusant de se conformer à la législation du travail en vigueur au Togo. », a déclaré Mokli Ephrem TSIKPLONOU, Porte-parole de la Coordination des Centrales Syndicales du Togo (CCST).

Les responsables de WACEM ont été priés par les syndicats de se conformer « à l’esprit de protocole d’accord signé le 05 janvier 2016 ». Des actions générales sont annoncées prochainement en faveur des ouvrier de tout le secteur minier au Togo. Un secteur qui souffre de graves violations des droits des travailleurs.

Comme acte concret de solidarité, la coordination a offert 3,5 tonnes de riz à leurs camarades

Hervé A.