Esso-Wavana Adoyi  (au milieu) remettant le trophée au vainqueur
A. Esso-Wavana Adoyi (au milieu) remettant le trophée au vainqueur

‘’Stade de Lomé’’ a remporté, dimanche 18 janvier 2015, la première édition du tournoi « Festival de l’union ». Le club a battu en match final ‘’Modèle’’ de Lomé par 1-0 sur le stade du lycée technique d’Atiégou. Organisé par la coordination de la zone 6 du parti UNIR, ce festival parrainé par Esso-Wavana Adoyi Ahmed permettait de sensibiliser les populations sur les prochaines révisions des listes électorales.

Au terme d’un match équilibré emprunt de fairplay, Stade de Lomé (en blanc) est venu à bout de Modèle (en jaune-noir). La première partie du jeu a été plus ou moins équilibré, avec très peu d’occasion pour les deux formations. Il faudra attendre la deuxième partie pour vivre le réel spectacle.

Très vite, ‘’Stade de Lomé’’ montre l’envie de changer le marquoir. Modèle de Lomé se contentait de réagir. Alors qu’on s’attendait aux tirs au but, Adiza Kamalou de Stade de Lomé, dans une parfaite combinaison avec un coéquipier viendra surprendre le portier du camp adversaire. 1-0 ! C’est l’heure jeu, les cinq dernières minutes de la partie. Malgré quelques tentatives d’ailleurs mal organisées, Modèle de Lomé ne pas su revenir au score ; ce qui faisait de Stade de Lomé, le club champion de cette 1ère édition du festival de l’Union.

Douze équipes au total ont pris part à ce festival qui s’est ouvert samedi, 17 janvier 2015. Le club champion est reparti avec un trophée, une enveloppe de 60 mille francs cfa, des jets de maillots et des ballons. Le deuxième, 40 mille, des jets de maillots et de ballons. Plusieurs autres prix ont été décernés aux équipes participantes, dont le prix fairplay ; sans oublier le prix symbolique décerné au parrain de l’événement.

  • Le message du festival

Si cette rencontre a été organisée par la coordination de la zone 6 du parti UNIR et parrainée par le commissaire des impôts, Esso-Wavana Adoyi Ahmed ; elle permettait à la coordination de sensibiliser les populations sur la nécessité de se faire enregistrer dès ce 20 janvier 2015. « Il faut se faire recenser, se faire établir sa carte d’électeur pour choisir au moment venu son candidat », a encourager le public, Esso-Wavana Adoyi. « Quelque soit le bord politique, il faut participer massivement participer au recensement », a-t-il renchéri.

Tchedré Kahar, président SYNERGIE
Tchédré Kahar, président du Comité d’organisation

Pour le président du comité d’organisation, Tchédré Kahar, c’est une satisfaction pour la réussite de l’événement le but, selon lui est atteint car il s’agissait de sensibiliser les jeunes et toute la population à « faire un effort pour que la présidentielle qui s’annonce se déroule dans la paix ».