Photo: Le Ministre Yark face à la Presse, vendredi 28 mars 20140.

Le ministre de la sécurité et de la protection civile, le Colonel Yark Damehane était face à la presse ce vendredi 28 mars à Lomé. L’objectif de cette rencontre était de faire connaitre, les résultats de l’enquête ouverte suite aux incidents survenus dans les environs de la ville de Bassar et qui ont conduit à la mort du Commandant de brigade de la dite ville. « La version selon laquelle le CB serait mort lors d’un accrochage entre une patrouille de la gendarmerie et des trafiquants de produits illicites est erronée », conclut l’enquête.

Pour faire la lumière sur les incidents survenus dans les environs de Bassar, une enquête a été ouverte. Selon les résultats, « les échanges de coups de feu au cours duquel l’adjudant-chef Lare Dalco, Commandant de brigade de gendarmerie de la ville de Bassar a trouvé la mort, sont le fait du Lieutenant Palou Pèhèzi ». Le Lieutenant Palou Pèhèzi ripostait à un précédent tir de la part du commandant de brigade qui, en réalité croyait avoir affaire à des braqueurs, a expliqué le Col. Yark Damehame, ministre de la sécurité.

Les trafiquants de produits pétroliers n’étaient en aucun moment armés, et la mort des trois trafiquants relève d’une bavure policière exclusivement imputable au Lieutenant Palou Pèhèzi, relève la mission d’enquête. « Il ont été tués délibérément », relève l’enquête.

L’évidence :

En réalité, le Commandant de la brigade de Bassar a été froidement abattu par le lieutenant Palou Pehezi qui était en service à Bassar comme commandant de compagnie. Ce dernier se serait mis en connivence avec des trafiquants de carburant à qui il devrait faciliter le passage. Sa position aurait été signalé et confondue à des coupeurs de routes. Le CB avait alors descendu sur le terrain pour rétablir l’ordre. Pour les autres morts, c’est un acte délibérer du jeune lieutenant, visiblement pour couvrir son forfait. « Cet officier sera traduit devant les juridictions compétentes pour répondre des faits qui lui sont reprochés », a rassuré le Col. Yark Damehame.

On se rappelle, dans un communiqué rendu public le 15 mars dernier, le Ministre de la sécurité et de la protection civile, a rapporté sur la base des premières comptes rendus recueillis auprès des services sur le terrain, de graves incidents survenus dans les environs de la ville de Bassar ayant occasionné la mort de quatre 4 personnes dont le Commandant de brigade territoriale de gendarmerie de la dite ville.